• Le mal de France

    Le mal de France

    La France à mal
    la France à peur
    la France s'éveille
    ne lâchons rien ...

    Chefs d'états tremblez !
    épidémie de jaunisse
    les gilets s'exportent
    les contre-attaques pleuvent
    ne lâchons rien ....

    Manu te voilà coincé
    essoré, pressurisé ...
    l'Europe et le monde
    te regardent " glacifier "
    ne lâchons rien ...

    d'autres couleurs avant toi
    d'autres luttes ailleurs sans soulever d'émoi,
    dis-moi depuis quand, le jaune foudroie ?
    ne lâchons rien ...

    Le diable est dans les détails
    les mains à plat sur la table,
    tu t'adresses à nous, rien à cacher ...
    coquille vide et robotisé
    ne lâchons rien ...

    Le monde des apparences brille
    la puissance des communicants
    face aux fluorescents,
    vision de farceurs parlant dans le néant

    ne lâchons rien ...

    « pour attila l'athanor hurlant. »
    Pin It

  • Commentaires

    1
    Mardi 8 Janvier à 00:10

    Bonsoir Tchina 

    Tout d'abord je tiens à te remercier pour le message déposé  sur mon blog 

    J'aime beaucoup tes écrits , tu as toujours  les mots qui sonnent  justes ...

    Je te souhaite aussi une très bonne année , qu'elle t'apporte  de belles choses et  la réalisation de  tes projets 

    Comme ton poème est vrai ! 

    La France a mal , oui la France va mal et comme tu le dis si bien  le diable est dans les détails ...

     

    Cela m'a fait penser à cette  vieille chanson de Brel  que j'aimais beaucoup lorsque j'avais 16 ans 

    Un jour
    Un jour le diable vint sur Terre
    Un jour le diable vint sur Terre
    Pour surveiller ses intérêts
    Il a tout vu le diable, il a tout entendu
    Et après avoir tout vu
    Et après avoir tout entendu
    Il est retourné chez lui, là-bas
    Et là-bas, on avait fait un grand banquet
    A la fin du banquet, il s'est levé le diable
    Il a prononcé un discours
    Ça va
    Il y a toujours un peu partout
    Des feux illuminant la Terre
    Ça va
    Les hommes s'amusent comme des fous
    Au dangereux jeu de la guerre
    Ça va
    Les trains déraillent avec fracas
    Parce que des gars pleins d'idéal
    Mettent des bombes sur les voies
    Ça fait des morts originales
    Ça fait des morts sans confession
    Des confessions sans rémission
    Ça va
    Rien ne se vend mais tout s'achète
    L'honneur et même la sainteté
    Ça va
    Les États se muent en cachette
    En anonymes sociétés
    Ça va
    Les grands s'arrachent les dollars
    Venus du pays des enfants
    L'Europe répète l'Avare
    Dans un décor de mil neuf cent
    Ça fait des morts d'inanition
    Et l'inanition des nations
    Ça va
    Les hommes, ils en ont tant vu
    Que leurs yeux sont devenus gris
    Ça va
    Et l'on ne chante même plus
    Dans toutes les rues de Paris
    Ça va
    On traite les braves de fous
    Et les poètes de nigauds
    Mais dans les journaux de partout
    Tous les salauds ont leur photo
    Ça fait mal aux honnêtes gens
    Et rire les malhonnêtes gens
    Ça va, ça va, ça va, ça va
     
    A bientôt Tchina et au plaisir de te lire ...
    Nicole 
      • Vendredi 1er Mars à 19:27

        Mille merci à toi Nicole tellement beau que cela m'à émue oui ça va ... rien de neuf toujours le même refrain ... les mêmes tordus au pouvoir

        je t'embrasse et belle soirée Nicole

        tchina

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :