• la décence du con

    Je mange mon égo en journée ...
    le rumine la nuit.
    Je te vois et te jauge ... te scrute du regard de ma condescendance ...
    la décence du con se résume en une chose ... aucune !
    Quand à ma descendance , je l'ai jeté avec le placenta,
    dans les chiottes de l'agonie lente amère ... d'un futur sans retour pour garder mes privilèges d'aujourd'hui...
    la race humaine n'est pas née ...
    seulement un grouillis de fourmis avec la tête parfumée au nucléaire  ...
    ne fuyez pas, il est déjà tard !

    5 juin 2016

    la décence du con

    « le feu et le froid ces lieux qui rectifient »
    Pin It

  • Commentaires

    1
    claudine
    Vendredi 7 Avril 2017 à 09:41
    2
    Mercredi 12 Avril 2017 à 05:39

    Oui...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :